Adaptation de notre stratégie d’investissement

07.07.2020

“A test of great intelligence is the ability to hold two opposed ideas in mind at the same time, and still retain the ability to function” (F. Scott Fitzgerald)

Cette citation de F. Scott Fitzgerald tirée de son recueil d’essais « Crack-Up » de 1935 est une parfaite description de la disposition mentale nécessaire pour mener une stratégie d’investissement efficace en ces temps agités. En effet, nous traversons aujourd’hui la récession économique la plus sévère depuis la Seconde Guerre mondiale alors que les marchés financiers ont récemment connu l’un des meilleurs trimestres des 30 dernières années. Comment ces deux faits peuvent-ils se conjuguer ? Et outre, que cela signifie-t-il pour l’avenir ?

1) La main invisible

Il n’est pas encore possible de définir précisément la gravité de la récession que nous traversons actuellement. S’agira-t-il d’une contraction de -5%, -10% ou, qui sait, de -20% ? Connaîtrons-nous une reprise en forme de V, d’U ou de W ? Impossible de répondre précisément à ces questions pour l’instant : il existe trop d’incertitudes à court terme, qu’il s’agisse de la crise sanitaire, économique ou encore des conséquences politiques et sociales de celles-ci. La réaction initiale des marchés financiers à cet égard était dès lors justifiée, comme l’a illustré notamment la baisse de 35% des cours des actions en quelques semaines.

La « main invisible » d’Adam Smith a été pleinement à l’œuvre jusqu’à la mi-mars. Cependant, nous avons appris de nos erreurs passées. “History never repeats, but it rhymes”. Par le passé, dans les années 1930, nous avons appris que cette « main invisible » a, de temps à autre, besoin d’être accompagnée. Il ressort d’études portant sur les causes de la Grande Dépression de 1929 que les banques centrales et les autorités du monde entier avaient surestimé la capacité des marchés et de l’économie à se rétablir sans leur intervention. C’est ce cruel manque d’intervention de la FED, de la Reichsbank, de la Bank of England et de la Banque de France qui avait alors laissé une récession se transformer en une dépression qui a perduré jusqu’à l’éclatement de la Seconde Guerre mondiale. Or, c’est précisément cette erreur que les décideurs politiques ont évité de reproduire aujourd’hui.

Les banques centrales, avec la FED et la BCE en tête, ont inversé la spirale descendante en rétablissant la confiance des investisseurs à travers le monde. La FED a ainsi abaissé ses taux d’intérêt à court terme jusqu’à atteindre 0%, reproduisant une situation que nous connaissons depuis quelques années déjà en Europe. En outre, ces deux banques centrales ont garanti la liquidité des marchés obligataires des États et des entreprises. Par conséquent, les États et les entreprises savent désormais qu’ils pourront se financer pendant très longtemps à des taux très bas. Est-ce une situation idéale ? Non, car certaines entreprises qui ne le méritent peut-être pas seront maintenues en vie. Les gouvernements, pour leur part, ont accompagné le stimulus monétaire d’un déballage inédit de mesures fiscales. Est-ce là une décision idéale ?

Non plus, car les abus seront inévitables. Toutefois, soyons clairs : l’alternative voulant que l’économie et les marchés financiers soient laissés à leur sort sans intervention aurait été bien pire. En effet, tout repose sur la confiance. Sans confiance, la consommation diminue et les investissements sont remis à plus tard. Le message des banques centrales, intimement lié à celui des autorités financières, est clair : « Ce virus sera vaincu, nos économies se rétabliront et nous interviendrons le temps qu’il faut pour que cela arrive ».

En d’autres mots, il existe une dissension énorme entre l’économie réelle et ce qui est en train de se jouer sur les marchés financiers. Les investisseurs sont prévoyants : comme ils sont soutenus par les banques centrales et les mesures fiscales des gouvernements, ils sont convaincus que le rétablissement économique de 2021 sera vigoureux et que notre société en ressortira plus forte et mieux armée pour affronter les défis de demain en matière de durabilité et de sécurité.

2) Qu’est-ce que cela signifie pour le patrimoine ?

Par le passé, lorsqu’une crise ou une récession s’annonçaient, le réflexe habituel, pour ne pas dire pavlovien, des investisseurs se déroulait en trois phases :

  1. Vente des actions et obligations. Liquidités. Comprenons-nous bien : vos liquidités sont un prêt que vous accordez à une banque. Peu ou pas de diversification.
  2. Achat d’obligations d’États. À nouveau, comprenons-nous bien : ces obligations permettent de prêter à des États déjà lourdement endettés. Choisissez donc avec discernement.
  3. Achat marginal d’or.

À ces trois réflexes vient s’ajouter désormais un quatrième. En effet, les investisseurs se sentent aujourd’hui avant tout en sécurité en participant au bilan de sociétés telles qu’Apple, Google, Microsoft, Amazon, Alibaba, Tencent, etc. Ils investissent dans les bilans de ces sociétés en achetant les obligations ou les actions émises par celles-ci. Nombreux sont ceux qui suivent avec stupéfaction l’inexorable hausse des cours de ces entreprises. Quoi qu’il en soit, nous réaffirmons ici la grande rationalité dont font preuve ces investisseurs. Après tout, ces entreprises se démarquent par :

  1. Des bilans solides. Au lieu de dettes, elles affichent des dizaines de milliards de liquidités dans leur bilan.
  2. Leurs bénéfices s’élevant à plusieurs milliards, même en temps de crise.
  3. L’accroissement continu de leurs bénéfices, même en temps de crise.

Il n’est pas à exclure que les années à venir seront marquées par une augmentation de l’inflation. Il s’agirait là de la manière la plus élégante de mettre fin à cette accumulation de dettes : des taux d’intérêts bas couplés à une inflation qui les dépasse de quelques pourcents. Le portefeuille idéal dans une telle situation serait une combinaison, d’une part, d’entreprises possédant un pouvoir de fixation de prix leur permettant de maintenir leurs marges dans un contexte de hausse de l’inflation et, d’autre part, d’obligations liées à l’inflation dont le rendement est déterminé par l’inflation future.

Pour conclure, penchons-nous un instant sur cette réflexion quasi philosophique : « Financial markets are a way to funnel savings into corporate spending, harness the wisdom of crowds to set prices and make long-term holdings liquid. » En d’autres mots, votre patrimoine contribue à créer pour vous-même, vos enfants et vos petits-enfants une société plus sûre, robuste et tournée vers l’avenir.  

 

Disclaimer : Le présent document est une communication marketing. Ce document ne constitue ni un avis personnalisé, ni une proposition, ni une offre d’achat ou de vente portant sur des investissements qui y sont visés, ni une invitation à vous engager dans une quelconque stratégie de négociation. Son contenu repose sur des sources d’information réputées fiables. CapitalatWork, ne fournit aucune assurance, garantie ou représentation, qu’elle soit expresse ou implicite, quant à l’exactitude, l’adéquation ou l’exhaustivité des informations fournies. Les informations ici présentées sont susceptibles d’être modifiées sans préavis. L’information contenue dans le présent document ne constitue pas du conseil en investissement. Les rendements du passé ne sont pas une garantie pour le futur.  Pour plus d’informations sur les risques liés aux types d’instrument financier, veuillez prendre contact avec CapitalatWork. Avant de prendre une décision d’investissement, il est recommandé à tout investisseur de vérifier si cet investissement est approprié compte tenu, notamment, de ses connaissances et de son expérience en matière financière, de ses objectifs d’investissement et de sa situation financière. Tous droits réservés. Aucune partie de la présente publication ne peut être reproduite, stockée dans un système d’extraction de données ou transmise sous quelque forme ou par quelque moyen que ce soit (mécanique, photocopie, enregistrement ou autre) sans l’autorisation préalable du détenteur des droits d’auteur.

Reading tips

Voir toutes les nouvellesBottom Block Image
groepfoto2

Tenez-vous informé

Inscrivez-vous à notre newsletter et tenez-vous informé.

Close

s'inscrire

Entrez votre adresse e-mail pour rester à jour.
  • Vous recevrez nos actualités 1 fois par trimestre. 
    Bien entendu, nous traitons vos données à caractère personnel avec la plus grande prudence. Vous pouvez consulter notre Charte Vie Privée pour savoir à quelles fins nous les utilisons.