Actualités financières Novembre 2019

27.11.2019

Fixed Income

Comme prévu, la BCE a annoncé au cours du mois de septembre une série de mesures pour améliorer les prévisions d’inflation :

  • le taux d’intérêt de la facilité de dépôt a été diminué de -0,10% pour arriver à -0,50% ;
  • un programme d’achat d’actifs (un nouvel assouplissement quantitatif) a été lancé le 1er novembre à un rythme de 20 milliards d’euros par mois, il durera aussi longtemps que nécessaire et prendra fin peu de temps avant que la BCE ne commence à relever ses taux directeurs ;
  • le réinvestissement du capital des titres arrivant à échéance se poursuivra, même après le rehaussement des taux directeurs ;
  • une nouvelle série d’opérations TLTRO III (des opérations de refinancement à plus long terme ciblées) selon de nouvelles modalités, afin de préserver des conditions de crédits bancaires favorables comme les échéances ont été portées de deux à trois ans ;
  • un système à deux niveaux sera mis en place pour la rémunération des réserves, de sorte qu’une partie des liquidités excédentaires des banques sera exemptée du taux négatif de la facilité de dépôt.

Les observateurs s’attendaient à ce que ces mesures soient radicales. Toutefois, les décisions de la BCE ont été modérées par une opposition interne considérable. En effet, les gouverneurs représentant près de la moitié du PIB de la zone euro (mais détenant moins de la moitié des droits de vote), dont l’Allemagne et les Pays-Bas (pas la Belgique) ont désapprouvé la reprise de l’assouplissement quantitatif.

Mme Christine Lagarde, qui a pris la présidence de la BCE le 1er novembre, hérite ainsi d’une banque centrale divisée.

Outre-Atlantique, la Fed a réduit ses taux directeurs pour la troisième fois déjà en diminuant chacun d’entre eux de -0,25% : trop peu d’après le président américain, inutile selon d’autres. Quoi qu’il en soit, les données économiques américaines ne semblaient pas justifier cette baisse des taux. De nombreuses incertitudes subsistent néanmoins, les plus importantes étant le différend commercial entre les États-Unis et la Chine ainsi que la crainte de voir survenir une récession (ce dont nous doutons).

Selon nous, il ne reste plus beaucoup de valeur dans ce type d’investissement. Dans la zone euro, les taux « sans risque » sont négatifs. Les spreads de crédit des entreprises de qualité supérieure ne font gagner que 0,60%, ce qui conduit à des rendements en euros à peine positifs pour les entreprises.

En comparaison, les titres en dollars offrent un peu plus de valeur grâce aux bons du Trésor américain à 10 ans à 1,75%. Aux États-Unis aussi, les spreads de crédit des entreprises de bonne qualité ajoutent environ 0,60%.

Actions

Les actions demeurent selon nous le type d’investissement porteur de valeur. Le rendement moyen des flux de trésorerie disponibles aux actionnaires pour les valeurs reprises dans notre portefeuille d’actions est actuellement de 7,30% pour 2021. Nous offrons ainsi un gain substantiel et supérieur à la moyenne en comparaison avec le taux sans risque allemand à 10 ans de -0,37% et le bon du Trésor américain à 10 ans de 1,75%. À cet égard, nous ne sommes pas d’accord avec la perception du marché selon laquelle les actions (en particuliers les actions américaines) seraient coûteuses.

Comme mentionné plus haut, il y a de bonnes raisons pour lesquelles les taux d’intérêt ont baissé cette année. Toutefois, au cours du dernier mois, certaines inquiétudes ont nettement diminué. Par conséquent, les taux d’intérêt ont cessé de baisser et les marchés boursiers du monde entier ont fortement augmenté. Nous avons également eu droit à quelques bonnes nouvelles en ce qui concerne la guerre commerciale. En effet, il semble que nous ne soyons plus très loin de la signature d’un premier accord partiel. L’ajournement du Brexit et l’annonce de nouvelles élections ont confirmé que le scénario du no-deal ne serait plus à redouter désormais, ce qui constitue enfin une bonne nouvelle pour notre économie européenne qui traverse une période pour le moins troublée.

Les craintes de récession s’estompent également aux États-Unis depuis la publication de données économiques rassurantes, notamment grâce au PIB supérieur aux attentes pour le T3 et aux statistiques positives pour l’emploi. Le consommateur américain, qui constitue l’essentiel de l’économie américaine, est toujours en bonne santé financière : le chômage n’a jamais été aussi bas, la croissance des salaires est bonne et la confiance des consommateurs reste à un niveau élevé. En outre, le consommateur américain n’est pas surendetté et le taux d’épargne est nettement supérieur à ce qu’il était avant la crise financière en 2008. Cette force des consommateurs se reflète dans les résultats de bon nombre de nos entreprises.

À cet égard, la saison des résultats a très bien démarré pour la plupart de nos sociétés, confirmant ainsi la tendance observée au cours des trimestres précédents. Il est intéressant de constater qu’à la moitié de la saison des résultats, un grand nombre d’entreprises ont présenté des résultats supérieurs aux attentes du marché, tant aux États-Unis qu’en Europe. Les résultats supérieurs ou inférieurs aux prévisions ont manifestement donné lieu à de fortes fluctuations des prix du marché. Il est également intéressant de noter que, surtout en Europe, la plupart des résultats inférieurs ont été comptabilisés dans les secteurs les plus stables et les plus chers, où les attentes sont élevées par définition. En revanche, un certain nombre d’évolutions positives de cours ont été observées dans des secteurs plus cycliques et moins chers, tels que les industries, avec des chiffres solides. Nos entreprises de semi-conducteurs ont également donné de bons résultats.

Cet état de fait inverse en partie la tendance des dernières années qui voulait que les actions chères deviennent encore plus chères tandis que les actions bon marché deviennent encore moins chères, ce qui a probablement conduit à un écart de valorisation sans précédent entre les actions « croissance » et « valeur ».

Si vous avez d’autres questions, n’hésitez pas à nous contacter.

Bien cordialement,

La direction de CapitalatWork Foyer Group

Disclaimer : Le présent document est une communication marketing. Ce document ne constitue ni un avis personnalisé, ni une proposition, ni une offre d’achat ou de vente portant sur des investissements qui y sont visés, ni une invitation à vous engager dans une quelconque stratégie de négociation. Son contenu repose sur des sources d’information réputées fiables. CapitalatWork, ne fournit aucune assurance, garantie ou représentation, qu’elle soit expresse ou implicite, quant à l’exactitude, l’adéquation ou l’exhaustivité des informations fournies. Les informations ici présentées sont susceptibles d’être modifiées sans préavis. L’information contenue dans le présent document ne constitue pas du conseil en investissement. Les rendements du passé ne sont pas une garantie pour le futur.  Pour plus d’informations sur les risques liés aux types d’instrument financier, veuillez prendre contact avec CapitalatWork. Avant de prendre une décision d’investissement, il est recommandé à tout investisseur de vérifier si cet investissement est approprié compte tenu, notamment, de ses connaissances et de son expérience en matière financière, de ses objectifs d’investissement et de sa situation financière. Tous droits réservés. Aucune partie de la présente publication ne peut être reproduite, stockée dans un système d’extraction de données ou transmise sous quelque forme ou par quelque moyen que ce soit (mécanique, photocopie, enregistrement ou autre) sans l’autorisation préalable du détenteur des droits d’auteur.

 

Conseils de lecture

Voir toutes les nouvellesActualités
CAW51small

Tenez-vous informé

Inscrivez-vous à notre newsletter et tenez-vous informé.

Close

s'inscrire

Entrez votre adresse e-mail pour rester à jour.
  • Vous recevrez nos actualités 1 fois par trimestre. 
    Bien entendu, nous traitons vos données à caractère personnel avec la plus grande prudence. Vous pouvez consulter notre Charte Vie Privée pour savoir à quelles fins nous les utilisons.