Revue de notre stratégie d’investissement

01.06.2022

Dans notre dernière lettre d’information, nous vous avons parlé de l’ajustement de notre stratégie en réponse à la guerre en Ukraine en fonction de trois aspects que sont la diversification internationale, la protection contre l’inflation et la gestion active. Dans les faits, nous poursuivons aujourd’hui la stratégie que nous avions déjà adoptée au début de la crise de la COVID-19 tout en étant encore plus convaincus du caractère primordial de ces trois aspects, comme cette guerre a pu le confirmer.

1. La guerre en Ukraine semble stagner

Si notre préoccupation première est la perte de vies humaines et la destruction de l’Ukraine, il faut également réaliser que la guerre aura des conséquences économiques de grande ampleur, et ce tout particulièrement en Europe. La stagnation de la guerre apparaît dès lors comme une mauvaise nouvelle. Pour la première fois depuis 1945, l’Europe est engagée dans une guerre pour protéger sa propre paix et sa propre démocratie. Depuis l’effondrement de l’Union soviétique en 1991, la Russie, à sa grande frustration, n’a jamais été en mesure de constituer un bloc économique significatif.

En outre, l’expansion de l’OTAN vers l’Est au cours des dernières décennies, avec les États-Unis comme principale force en coulisse, a suscité beaucoup de malaise chez les Russes. Leur perte d’influence sur la scène mondiale depuis l’effondrement de l’Union soviétique a été une véritable humiliation pour eux. Cette humiliation, associée à l’émergence d’un bloc de dictatures, a encouragé la Russie à s’étendre. Ce bloc de dictatures et nos démocraties ne partagent absolument pas la même vision du monde, ce qui génère beaucoup de méfiance entre elles.

2. La politique stricte de la Chine en matière de COVID-19

Malgré des difficultés économiques croissantes, il ne faut pas s’attendre à ce que le président Xi assouplisse sa politique du zéro COVID. De nombreux observateurs sont perplexes face à cette politique, mais c’est avant tout une question de pouvoir. En effet, dans l’idée de garantir son troisième mandat plus tard cette année, il sera prêt à renforcer cette politique stricte. Il pourra ainsi tester les loyautés au sein du parti communiste, même si cela doit coûter quelques pourcents à la croissance économique chinoise. Les problèmes de chaîne d’approvisionnement que cela risque de causer dans le reste du monde seront, quant à eux, considérés comme des dommages collatéraux.

Pour l’Europe et les États-Unis, un bon point de départ serait d’affiner leur compréhension de cette situation géopolitique. En fin de compte, nous devrons traiter différemment la Russie, la Chine et le reste du monde, sans compromettre nos principes démocratiques, que nous considérons comme très importants. « Au-delà du combat se trouve le plus grand des combats », disaient les sultans ottomans pour parler du combat pour une paix durable. Pour y parvenir, cependant, une compréhension mutuelle est nécessaire. Or, nous en semblons aujourd’hui plus éloignés que jamais.

3. Allocation d’actifs

L’inflation et la hausse des taux d’intérêt sont les principales préoccupations des marchés financiers à l’heure actuelle. Pour de nombreux observateurs, la situation géopolitique est la principale cause de l’inflation qui sévit aujourd’hui. En effet, il ne fait aucun doute que la hausse des prix de l’énergie et les problèmes des chaînes d’approvisionnement contribuent à celle-ci. Cependant, c’est avant tout l’ensemble des mesures de relance monétaire et budgétaire, lancées en 2020, qui ont conduit à la situation actuelle d’inflation très élevée. Comme l’a dit l’économiste Milton Friedman : « L’inflation est toujours et partout un phénomène monétaire en ce sens qu’elle est et qu’elle ne peut être générée que par une augmentation de la quantité de monnaie plus rapide que celle de la production. »

L’inflation aux États-Unis est aujourd’hui à son plus haut niveau depuis 1982 et s’élève à environ 8,3 %. En Europe (zone euro), elle est d’environ 8,1 %. Il est encore trop tôt pour affirmer que nous avons atteint le pic de l’inflation. En outre, les études montrent que la tendance est désormais générale et que tous les secteurs sont touchés. Malgré les mesures massives de soutien monétaire et budgétaire déployées par les banques centrales et les gouvernements au printemps 2020 pour désamorcer la crise de la COVID-19, l’inflation est restée stable jusqu’au printemps 2021. Les banques centrales n’ont pas caché qu’elles souhaitaient une inflation plus élevée et ont, par conséquent, ajusté leurs objectifs en la matière. Lorsque l’inflation a finalement commencé à augmenter rapidement au second semestre 2021, les banques centrales ont d’abord pensé que ce ne serait que temporaire. Mais la guerre en Ukraine et la politique du zéro COVID en Chine ont changé la donne, de sorte que les banques centrales ont été prises au dépourvu par la rapidité avec laquelle l’inflation a augmenté. Depuis lors, elles ont rapidement fait machine arrière en ce qui concerne leur politique monétaire expansionniste et prévu plusieurs hausses de taux pour le reste de l’année 2022. Les investisseurs s’attendent à ce que les taux d’intérêt américains à court terme soient portés à 3 % d’ici la fin de l’année. En outre, la Banque centrale européenne devrait abandonner sa politique de taux d’intérêt négatifs au début de l’année prochaine.

4. Que signifient ces développements pour notre politique de gestion ?

Fin 2021, nous avons considérablement réduit la sensibilité de notre portefeuille d’obligations aux variations de taux d’intérêt, limitant ainsi notre exposition aux risques. En outre, une partie importante (40 %) de notre portefeuille obligataire demeure toujours investie dans des obligations indexées sur l’inflation. Cette combinaison a très bien fonctionné au premier trimestre de 2022, lorsque les taux d’intérêt à long terme ont fortement augmenté et que l’inflation a également progressé. Dans une optique de diversification, nous avons également investi un montant
considérable en dehors de l’Europe, et nous sommes convaincus que cette stratégie portera ses fruits dans les années à venir. De plus, les niveaux actuels plus élevés en matière de taux d’intérêt rendent les obligations plus attrayantes pour de nouveaux investissements.

Sur les marchés d’actions, les résultats du premier trimestre des entreprises de nos portefeuilles ont été meilleurs que prévu pour nombre d’entre elles. Cependant, pour la première fois depuis 2011, nous avons constaté des réactions négatives au niveau des cours alors même que les résultats étaient meilleurs que prévu. Cette situation est due à l’incertitude quant à l’évolution des bénéfices attendus au cours des prochains trimestres en raison de l’inflation, de la hausse des taux d’intérêt, de la guerre en Ukraine et des goulots d’étranglement affectant les chaînes d’approvisionnement et le marché du travail. Cette combinaison de la hausse des bénéfices et de la baisse des cours des actions correspond en fait à une réévaluation des actions qui sont devenues nettement moins chères. C’est ce qui nous a incités à prendre nos bénéfices sur nos couvertures achetées précédemment.

Conclusion

Nous restons concentrés sur les entreprises qui génèrent un flux de trésorerie disponible attrayant en association avec un bilan solide et des cours boursiers sous-évalués. Ces derniers mois ont été marqués par des bouleversements considérables dans tout ce qui ne génère pas de flux de trésorerie (cryptomonnaies) ou était largement surévalué (certaines valeurs technologiques). En tant que gestionnaires actifs, nous ne sommes pas liés à des indices et ne sommes donc pas « obligés » d’acheter des actions surévaluées. Grâce à notre processus d’investissement et notre méthodologie d’évaluation qui ont fait leurs preuves, nous continuons à aborder l’avenir avec confiance.

 

 

Disclaimer : Le présent document est une communication informative. Cette présentation ne constitue ni un avis personnalisé ni une proposition, ni une offre d’achat ou de vente portant sur des investissements qui y sont visés, ni une invitation à vous engager dans une quelconque stratégie de négociation. Son contenu repose sur des sources d’information réputées fiables. Les informations ici présentées sont susceptibles d’être modifiées sans préavis. Pour plus d’informations sur les risques liés aux types d’instrument financier, veuillez prendre contact avec CapitalatWork (https://www.capitalatwork.com/fr). Avant de prendre une décision d’investissement, il est recommandé à tout investisseur de vérifier si cet investissement est approprié compte tenu, notamment, de ses connaissances et de son expérience en matière financière, de ses objectifs d’investissement et de sa situation financière. Tous droits réservés. Aucune partie de la présente publication ne peut être reproduite, stockée dans un système d’extraction de données ou transmise sous quelque forme ou par quelque moyen que ce soit (mécanique, photocopie, enregistrement ou autre) sans l’autorisation préalable du détenteur des droits d’auteur.

Conseils de lecture

Voir toutes les nouvellesActualités
groepfoto_expert_blijf op de hoogte

Tenez-vous informé

Inscrivez-vous à notre newsletter et tenez-vous informé de nos actualités financières et fiscales.

Close

s'inscrire

Entrez votre adresse e-mail pour rester à jour.
  • Vous recevrez nos actualités 1 fois par trimestre. 
    Bien entendu, nous traitons vos données à caractère personnel avec la plus grande prudence. Vous pouvez consulter notre Charte Vie Privée pour savoir à quelles fins nous les utilisons.